Location d'expositions & vente de tirages

Accueil Nos photographes Jean-Philippe Charbonnier L'Ile de Sein Jean-Philippe Charbonnier
L'Ile de Sein Jean-Philippe Charbonnier

Descriptif technique

Photographies noir et blanc
Descriptif 34 photographies de 70 cm de large, contrecollées sur aluminium 2 mm + 13 panneaux de texte
Conditionnement 5 colis
Valeur d'assurance Valeur par panneau : 700 €
Valeur globale : 23800 €
Tarif de location Nous contacter
Commentaire Exposition adaptée pour une présentation en extérieur
Télécharger la présentation en PDF
Réserver une exposition

Résumé de l'exposition

« J'ai pris davantage de photos satisfaisantes pour moi à l'île de Sein en quinze jours qu'en Chine populaire en sept semaines », a écrit Jean-Philippe Charbonnier.
La rencontre de ce globe-trotter avec les îliens sur leurs bouts de rochers battus par les tempêtes au large de la pointe du Raz a donné lieu à un reportage saisissant. En cette année 1956, la prestigieuse revue mensuelle Réalités -où le photographe côtoie un autre reporter hors norme, Edouard Boubat - l'a envoyé témoigner des très rudes heures des Sénans. Le sujet sera publié sur 8 pages dans le numéro 134, en 1957. Au départ, pourtant, rien n'était acquis. Les habitants ne montrent guère de goût pour les « touristes ».

En 1940, cachés dans leurs bateaux de pêche, tous les hommes valides de l'île ont gagné l'Angleterre pour répondre à l'appel du 18 juin. Ils étaient 124. A Londres, le général de Gaulle a pu constater, passant en revue les quelque 400 premiers volontaires : « L'île de Sein, c'est donc le quart de la France !». En 1946, il lui attribuera la Croix de la Libération. Ainsi sont les Sénans, courageux et tenaces, formés par les épreuves du quotidien, peu enclins à se montrer. Jean-Philippe Charbonnier, à sa manière, tout en douceur, a su s'intégrer, aidé par le recteur Ramonet qui, en chaire, s'est porté garant de ses intentions. « Et les Sénans, raconte-t-il*, ont commencé à venir me renifler ». Peu à peu, ils lui ont accordé leur confiance, en donnant d'abord pour preuve les efforts qu'ils faisaient pour ne pas parler breton devant lui. « Je me suis bientôt, a souligné le photographe, senti chez moi, un chez moi auquel je ne m'attendais pas, que je n'imaginais pas. Heureux, tranquille. J'étais protégé par ces gens farouches, entiers, excessifs, et qui regardent en face. » Comme l'a relevé Michel Tournier, il y a une approche « charbonnière » des sujets. Une façon de faire voir des scènes de vie saisies sur le vif en toute franchise, sans détour, en accord avec la personnalité des pêcheurs et de leurs familles. Un proverbe breton consacré aux plus sauvages des îles d'Armorique affirme « Qui voit Sein voit sa fin ». Bien au contraire, Jean-Philippe Charbonnier, témoin d'une vie en noir et en blanc, en mal et en bien, entre pierre et mer, gardera de ce séjour un grand souvenir. Il écrit encore * : « La douce nuit d'hiver, quand le phare (...) enveloppe de son aile lumineuse les maisons et les flots incertains, on dort en paix, protégé de la terre par l'eau, de l'amertume par l'amitié. »


Joëlle Ody

Exposition présentée au Festival Photo de Mer de Vannes en 2010

Partager cette page :

Vente de tirages : un tirage vous intéresse ?

Cliquez sur le tirage puis sur le bouton "Acquérir le tirage"

Voir les expositions

 

 

Tous les champs sont obligatoires

« Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à répondre à votre demande de contact. Elles sont conservées pendant la durée nécessaire pour répondre à votre demande de contact ne sont destinées uniquement à la société Gamma Rapho. Vous disposez d’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition pour motif légitime aux données personnelles vous concernant.

Conformément à la réglementation sur les données à caractère personnel, et notamment les articles 13 et 14 du RGPD, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification, de mise à jour, d’effacement aux informations vous concernant, ainsi que du droit à la portabilité de vos données personnelles, que vous pouvez exercer en adressant un émail à l’adresse suivante : contact@gamma-rapho-galerie.com ou par voie postale à l’adresse suivante : 104, boulevard Arago 75014 Paris.

Vous pouvez également demander une limitation du traitement de vos données personnelles et, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant à l’adresse indiquée ci-dessus.

Par ailleurs, la loi vous permet d’introduire un recours auprès de la CNIL selon les modalités indiquées sur son site (https://www.cnil.fr) »